Bagdad-Paris : une génération de contrôlés-controleurs

Peshawar. 16 janvier 1991. 2h du matin. Les premières bombes américaines drainées par la Tempête du désert tombent sur ma tête. Le son de ces engins meurtriers me tétanise. Pas de téléphone mobile. Pas d’Internet. Téléphone fixe réservé aux communications avec le consulat français, censé assurer ma protection. Coupée du monde. Je tournerai en rond … Lire la suite