Olympe est revenue à Néoules


Le 8 juin 2019, en marge des festivités liées à la Saint-Hubert, fête des chasseurs, et trois ans après sa pose sur les murs d’un bâtiment public à Néoules dans le Var, la plaque donnant lecture de la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » de Olympe de Gouges était détruite.

Le maire avait alors aussitôt commandé sa réplique. La chose fut faite en septembre ! Puis, l’épidémie du Covid-19 et ses différents épisodes avaient tôt fait de la refaire disparaître. Le mur demeura désespérément vide de mars 2020 à mars 2022…

IMG_2542Aujourd’hui, les engagements de la commune se confirment. Chapeau! La lithographie de la version originale de la déclaration a été remplacée par celle plus institutionnelle de l’Assemblée nationale. Pourquoi pas? Force est toutefois de constater que cette plaque, à quelques centimètres de celle plus connue de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, restée intacte, a connu des épopées pour le moins incongrues. L’égalité femmes/hommes est décidément à l’ordre du jour des luttes au quotidien. Sa veille continue de sérieusement s’imposer en ville comme en milieu rural, quoiqu’en laissent penser les points de vue des candidat·es  à l’approche des élections présidentielles.

Joelle Palmieri
1er avril 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.